Espace – de la préhistoire au moyen-âge, le temps de l’observation

Stonehenge, Royaume-Uni par Frédéric Vincent

Stonehenge, Royaume-Uni par Frédéric Vincent

Comment nos ancêtre voyaient-ils l’Espace ? Que comprenaient-ils de ce qu’ils voyaient dans le ciel ?
L’astronomie est la première et la plus ancienne des sciences, mais qui est très longtemps resté au stade de la simple observation, avant de donner naissance à ce qui deviendra, bien plus tard, la cosmologie.

La préhistoire : L’observation des cycles

On sait que les Hommes de la préhistoire observaient le ciel nocturne et que les cycles solaires et lunaires leurs étaient connus, grâce à des constructions ou à des représentations de cette époque. Malheureusement, l’absence de texte fait qu’il est très difficile, voire impossible de savoir qu’elles interprétation faisaient nos ancêtres de ces observations.

L’usage le plus probable des connaissances des cycles lunaires et solaires étaient agricoles (par exemple : pour savoir quand semer) ou religieuse (pour déterminer les dates des rituels).
Le site de Stonehenge (entre 5000 et 3500 avant nos jours), n’était pas un observatoire mais davantage un lieu de réunion et de culte qui permettait le repérage d’alignement solaire ou lunaire spécifiques.

L’antiquité : Les premières théories

De l’observation des astres à l’astrologie.

Par l’observation du ciel, qui était, pensait-on la résidences des dieux, les hommes se sont aperçus que certains phénomènes étaient cycliques et prévisibles, comme les éclipses, alors ils se sont dit que si, dans le ciel, des événements pouvaient être prédits, pourquoi n’en seraient-ils pas de même sur la terre. C’est de ce raisonnement qu’est né l’astrologie, qui au vu des connaissances de l’époque pouvait être considérée comme une science, ce qui n’est plus le cas à notre époque.

Les premières théories

Dans les différentes représentations de cette époque, la Terre est soit plate et recouverte d’un ciel hémisphérique, soit cylindrique, puis plus tard, imaginée comme sphérique, les grecs en ont même déterminé le diamètre avec une certaine justesse (5% de son diamètre exacte).

Les grecs, se basant que des observations babyloniennes, découvrent que les mouvements des astres peuvent être expliqués par des lois mathématiques et comme l’univers doit être parfait, il ne peut être composé que de figures géométriques parfaites, donc de sphères et de cercles.

Vers 280 avant J.C., pour Aristarque de Samos, le soleil est au centre du monde et la terre tourne sur elle-même.
Au 1er siècle après JC, Plutarque décrit l’Univers comme infini, donc celui-ci n’ayant pas de centre, la Terre ne peut occuper cette place et la lune serai une seconde Terre. Mais c’est la théorie de Ptolémée qui se répandra, avec une Terre immobile au centre de l’Univers et de multiples sphères sur lesquelles sont réparties les étoiles fixes, le soleil et les planètes.

Le moyen-âge :

Après les grecs, ce sont les musulmans qui reprirent le flambeau, en traduisant les écrits grecs, abandonné par l’Europe plongés dans des âges obscures. C’est grâce à ces traductions que les textes grecs sont parvenus jusqu’à nos jours. Les musulmans poursuivirent les observations (beaucoup d’étoiles portent encore des noms arabes aujourd’hui) mais ne poursuivirent  pas les recherches sur les théories expliquant les mouvements des astres.

Il faudra attendre la renaissance pour que des hommes de sciences s’intéressent à la place de la Terre dans l’Univers au fonctionnement de ce dernier.

Pour marque-pages : permalien.

2 réactions à Espace – de la préhistoire au moyen-âge, le temps de l’observation

  1. Pingback:Bar des sciences – Les voyages dans l’espace – jeudi 20 octobre 2011 | Café des Lumières

  2. Pingback:Jeudi 20 octobre 2011 – Café des Lumières – Les voyages dans l’espace » Science et Fiction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>